Benjamin Silvestre  -  RéalisateurBienvenue.html


  1. Parcours


Diplômé de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs, Benjamin Silvestre travaille en tant que réalisateur et photographe. Dans ses films, il s’intéresse à l’approche du corps, de sa gestuelle et de son expression comme langage et mode de narration.

Il réalise plusieurs courts métrages expérimentaux et de fictions où le corps prend le pas sur la parole.

En 1998, il collabore à la création de la Compagnie Naïma et à la mise en scène de spectacles.


En 2002 et 2003, il réalise  une série de huit entretiens de chorégraphes, intitulée « Traces - paroles d’auteurs » (SACD).

Chaque film possède une singularité propre, au plus près de la relation chaque fois différente des deux intervenants. Ces films ont été présentés à Videodanse et au Festival des Subsistances.


Après avoir beaucoup photgraphié la danse contemporaine (Théâtre de la Ville (Paris), publications dans la presse (Télérama, Le Monde, Libération, Les Inrocks, La Terrasse…). La rencontre avec des chorégraphes va lui permettre d’approfondir son regard porté sur le corps dansé. Il réalise plusieurs films de danse séléctionnés dans de nombreux festivals: Animal Regard (Grand Prix du Festival du film d’Art de Bergame…), Entre Temps, et en 2006, La Madâ’a, film commandé et diffusé par Arte.


Il réalise aussi La Plaisanterie-QUATUOR, en dialogue avec l’œuvre musicale du compositeur François Narboni. La gestuelle des musiciens, leur complicité et le lien entre la musique et l’image sont à nouveau au centre de ses préoccupations.


En 2006, il participe à la création PIEZE-Unité de Pression (Cie Fattoumi-Lamoureux/Woudi-Tat), pièce chorégraphique pour deux danseurs, dispositif sonore et vidéo projetée. (Théâtre de la Bastille, Paris et tournée dans toute la France).


En 2010, suite à une commande du conseil général d’Indre et Loire, il réalise quatre films courts de fiction basés sur les grands événements et personnages du Moyen-Âge liés à la Forteresse Royale de Chinon.

Ces films, sont l’occasion d’aborder le film historique de façon personnelle et originale : composés comme des tableaux en mouvement dans lesquels les personnages apparaissent dans une proximité émouvante.

Les films sont intégrés à une scénographie de Frédéric Casanova et diffusés dans le Logis royal de la forteresse de Chinon.


En 2011-2012, à l’occasion de l’aménagement du nouveau Musée de la résistance et de la déportation de Limoges, il réalise pour ce projet, les supports vidéos de consultation à partir d’archives historiques, ainsi que deux installations vidéo. L’une d’elles, conçue sous forme de diptyque, porte sur la propagande à l’époque du régime de Vichy.

 


Parallèlement, Benjamin Silvestre réalise depuis 2003, des captations pour de nombreuses compagnies: Cie Fattoumi-Lamoureux, Pascal Rambert, Radhouane El Meddeb, Sophie Bocquet, Cie Ex Nihilo, CFB 451(Christian et François Benaïm)…

Sa captation de Quelqu’un va Danser de Radhouane El Meddeb a été diffusée à Videodanse 2010.

Films   l    Captations     I    Installations     I     Parcours    I    Filmographie    I    Liens    I    Contact